5 fausses affirmations à propos de la sanctification

Parfois, c’est en disant ce qu'une chose n’est pas... que nous redécouvrons ce qu’elle est. Une mauvaise compréhension de la sanctification a des impacts très néfastes dans la vie chrétienne.

Cet article réfute 5 affirmations fausses à propos de la sanctification, afin de nous encourager à redécouvrir ce qu'elle est:

 

1/ Instantanée

La sanctification a la même source que la justification: l’union avec Jésus-Christ (duplex gracia).
La sanctification n’est pas un acte instantané et imputé à Dieu comme la justification. Elle est le processus qui suit la régénération au travers duquel le Saint-Esprit, avec qui nous sommes appelés à collaborer, nous transforme à l’image de Jésus-Christ (2 Co 3.18 ; Ro 8.29).
Elle n’est donc pas immédiate: elle est le fruit de cette collaboration que l’Esprit rend possible et irréversible — C’est l’Esprit qui nous rend capable de collaborer avec lui— (Ph 1.8 ; 1 Pi 5.10 ; 1Pi 2.5).

L’encouragement: On peut ainsi constater l’œuvre puissante et persévérante de Dieu dans notre vie.
La sanctification n’est pas instantanée, mais elle sera achevée quand nous aurons été glorifiés.

 

2/ Facile

La sanctification n’est pas facile. Pas facile, car elle nous conduit à livrer la plus violente des guerres contre les plus pervers de nos ennemis: le monde, Satan et notre chair (Ro 6.11–14 ; Ro 7.14–25 ; 1 Co 2.9 ; Ga 5.17 ; Hé 12.1 ; 1 Pi 2.11; 1 Pi 5.8 ; 1 Jn 2.16).
Et qui dit guerre, dit blessures… D’ici le retour de Jésus, le péché et Satan ne se lasseront jamais de la bataille.
Nous devons donc nous attendre à prendre des coups: découragement, chutes à répétition, tentations. Une lutte de tous les jours pour tous ceux qui veulent marcher selon l’Esprit. Cette lutte est la preuve que Dieu a fait quelque chose en nous!
C’est donc pour cela que nous devons faire tous nos efforts (2 Pi 1.5) et ne compter que sur le Christ vivant en nous, afin de nous rendre capables de sortir victorieux de la bataille (Jn 15.5ss).

L’encouragement: La sanctification n’est pas facile, mais quand le Christ aura détruit définitivement ses ennemis, alors nous vivrons la plus belle vie que nous puissions imaginer.

 

3/ Impossible

La sanctification n’est pas facile certes, néanmoins elle est possible. John Murrey rappelle une vérité importante :

Il faut qu’il y ait cette compréhension constante et croissante que même si le péché demeure, il n’est pas le maître. Il y a une différence absolue entre un péché qui survit et un péché qui règne, entre le régénéré qui est en conflit avec le péché et l’obstiné qui se satisfait du péché. C’est une chose d’avoir le péché vivant en nous: c’en est une autre de vivre dans le péché.

La sanctification est possible car Dieu a fait de nous un lieu d’habitation de l’Esprit. Il nous a délivrés de l’autorité et du châtiment et de la domination du péché, il nous a donné un cœur nouveau et une Parole claire pour nous conduire (Ro 6. 1–14 ; 1 Co 6.19 ; Ps 119.1).

L’encouragement: Nous ne devons pas oublier que l’œuvre de la rédemption en nous ne se limite pas au pardon!
La sanctification est possible parce que Dieu a fait de nous des créatures nouvelles, des saints, afin que nous puissions entrer dans ses œuvres préparées d’avance (Ép 2.10).

 

4/ Optionnelle

La sanctification n’est pas proposée en option pour les plus spirituels d’entre nous (Hé 12.14).
L’idée même que cela puisse être le cas est un non sens pour Paul, car elle est la conséquence de notre union au Christ et de notre régénération (Ro 6.1).
Autrement dit, quand Dieu nous sauve, c’est dans le but de nous rendre saints à l’image de Jésus (1 Th 4.7).
Être sauvé tout en voulant vivre dans le péché est donc absolument incompatible. En effet, vouloir vivre dans le péché c’est être esclave du péché… alors qu’être sauvé, c’est être mort au péché (Ro 6.1–2).

Ainsi, être au bénéfice de la grâce de Dieu n’implique pas juste de dire “Seigneur” par-ci par-là, ou de faire de temps à autre une “bonne action”.
Voici ce que la grâce implique:

La grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée. Elle nous enseigne à renoncer à l’impiété, aux désirs de ce monde, et à vivre dans le siècle présent d’une manière sensée, juste et pieuse, en attendant la bienheureuse espérance et la manifestation de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur, le Christ-Jésus. (Tt 2.11–13)

L’encouragement: Dieu manifeste quotidiennement ce qui peut nous transformer. Il s’agit de la même puissance qui nous a sauvés: sa grâce!
Nous approprier la grâce de Dieu aujourd’hui est ce dont nous avons le plus besoin.

 

5/ Triste

La sanctification n’est pas triste. Jésus était-il quelqu’un de triste? Avez-vous déjà regretté d’avoir résisté à la tentation?
Notre problème est spirituel. Satan, fait tout pour que nous résumions la vie à laquelle nous sommes appelés à un renoncement à tous “vrais” plaisirs. C’est ainsi qu’il a convaincu Ève…
Mais en réalité, l’incroyable cadeau de Dieu, c’est que nous trouvons en lui la joie la plus grande qui soit! Une joie que nous ne méritions pas de connaître.
Ainsi, étant transformés à l’image de Jésus, nous sommes de plus en plus joyeux car le fruit de son Esprit en nous est la joie !

L’encouragement: Ce qui nous rend réellement tristes, c’est le péché et ses conséquences, pas la sanctification!
Plus la lumière de la gloire de Dieu illuminera notre vie, plus nous serons heureux, et plus les attraits du péché pâliront.

 

Selon vous, qu’est-ce que la sanctification n’est pas ?

Abonne-toi à ma newsletter et ne rate aucun de mes articles

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre lettre d'information ainsi que des informations concernant les activités de toutpoursagloire.com. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Consultez notre politique de confidentialité ici.
Pas de spam, promis. Powered by ConvertKit

Raphaël Charrier

A 17 ans Raphaël s'engage dans l'armée dont-il est renvoyé moins de deux ans après. Il reprend alors l'école et obtient le bac à 23 ans. C'est à ce moment qu'il découvre la personne et l'oeuvre de Jésus-Christ et place sa foi en lui pour être sauvé. Il poursuit ses études et obtient un diplôme d'Educateur Spécialisé. Il s'oriente ensuite vers des études de théologie pour se consacrer au service de l'Évangile. Diplomé de l'Institut Biblique de Genève, il est actuellement pasteur à l'Église Chrétienne Évangélique de Grenoble. Raphaël est marié à Marion et ils ont deux enfants.  

Articles pouvant vous intéresser