Quand la peur de souffrir nous conduit à plus de souffrance

La peur est le chemin vers le côté obscur. La peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance, disait Maître Yoda à Anakin Skywalker (alias Dark Vador).

Paradoxalement, faire des choix afin de ne pas souffrir aujourd'hui peut conduire à souffrir encore plus demain.

Pourquoi? Parce que certaines obéissances aux volontés de Dieu provoquent des tiraillements par anticipation de l’avenir, et parce que nous cherchons la facilité:

  • Est-ce Dieu va me permettre de me marier? Est-ce qu’un jour je connaîtrai les plaisirs de la vie conjugale et sexuelle alors que cette personne non chrétienne me dit que je lui plais et qu’elle m’aime?
  • Est-ce que je vais arriver à m’épanouir en assumant la responsabilité de cet emploi? Ne vaudrait-il pas mieux voyager en Dordogne pour apprendre à mieux me connaître?
  • Certes, ma passion prend parfois (souvent) la place d’une idole, mais l’abandonner après tous ces efforts…
  • Et si je changeais tout simplement d’Église pour une autre où les choses avancent plus vite?

2 effets prévisibles:

Dans le moins pire des cas: fuite en avant immature, sans que le problème de fond ne soit résolu.
Dans le pire: des conséquences bien plus désastreuses: mauvais choix en cascade, endurcissement spirituel, compromission éthique amère, regrets déchirants… Tristesse et souffrance, épines et chardons…

Le péché, le monde et Satan sont contre nous, pas Dieu ni sa volonté!

L’un des grands mensonges auquel nous croyons est que l’obéissance a pour fruit la frustration et la souffrance.
Nous ne réalisons pas qu’en pensant cela nous présupposons nécessairement que celui qui nous donne sa loi nous la donne pour nous faire souffrir. C’est l’eternel remake du mensonge de Satan à Ève.

Notre vieille nature, le monde et Satan nous poussent à croire que les plans de Dieu pour nous sont mauvais et ont pour but de nous priver de joie. Ils crient à nos oreilles: « Obéir c’est trop dur et mauvais pour toi, tu ne tiendras jamais! »

Pourtant, il est écrit :

La loi de l’Éternel est parfaite, elle restaure l’âme. (Ps 19.8)
Mieux vaut pour moi la loi de ta bouche que mille objets d’or et d’argent.
Si ta loi n’avait fait mes délices, j’aurais alors péri dans mon malheur. (Ps 119.72,92).
Mais celui qui a plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui persévère, non pas en l’écoutant pour l’oublier, mais en la pratiquant activement, celui-là sera heureux dans son action même. (Jc 1.25)
Car l’amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles, parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde, et voici la victoire qui triomphe du monde : notre foi. Qui est celui qui triomphe du monde, sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ? (1Jn 5.3–5).

Où trouver les forces pour faire des choix malgré la peur?

Je voudrais proposer ceci : Le pardon est pour hier, l’obéissance est pour aujourd’hui seulement, la confiance est pour demain.

Dieu nous pardonne nos mauvais choix passés

Aussi loin que nous nous soyons égarés, aussi loin Dieu vient pour nous rattraper et nous ramener (Lc 15. 3-7).
Aucun mauvais choix du passé ne peut nous priver de son offre de pardon pour aujourd’hui, pour la seule raison que Dieu est pleinement satisfait par ce que Christ lui a offert pour nous : la justice (Ro 3.23-26).

Cette justice et cette purification, il les a accomplies à la croix une fois pour toutes afin de nous donner un accès au trône de la grâce (Hé 4.14-16). La seule chose que nous avons à dire c’est: aie pitié de moi et dans ta grâce, pardonne-moi au nom de l’œuvre de Christ.

Dieu utilise nos mauvais choix passés pour nous rendre plus sages aujourd’hui

Comme on dit, on ne trouve pas une vieille tête sur des jeunes épaules. Je ne connais personne qui soit sage sans avoir été auparavant stupide. Je ne connais personne qui soit persévérant, sans avoir auparavant été faible.
Mais Dieu était pourtant aux commandes, car Paul affirme que « toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu. » (Rm 8.28)
Ce « tout » englobe tout. Y compris les pires choix passés.

Pour nous rendre semblables à l’image de son Fils (Ro. 8.29), Dieu n’est pas contraint de se contenter de notre maigre vertu morale ni d’attendre que nous soyons dans une bonne période.
Il utilise toutes choses. toutes choses, y compris notre passé honteux pour nous enseigner sur sa grâce et sa patience, sur sa puissance et sa souverainetéafin de nous rendre sages dans nos choix d’aujourd’hui à la gloire de son Fils Jésus.

Le passé a probablement créé des failles en nous dont nous serons délivrés que lorsqu’il reviendra pour nous faire entrer dans sa gloire.
Mais déjà aujourd’hui, il les utilise pour nous rappeler la fragilité et la vanité d’une vie sans obéissance (Ep 4.17).

Dieu bénit notre obéissance d’aujourd’hui

Pour sortir de mon addiction au shit lorsque je me suis converti, j’ai mis quelque temps à comprendre ceci: faire confiance une heure après l’autre, un jour après l’autre. Obéir une heure après l’autre, un jour après l’autre.
J’ai donc souffert, mais je savais que Christ était avec moi, vivant en moi par son Esprit et qu’il me rendait de plus en plus fort. Pourquoi? Parce qu’il a triomphé à la croix (Col 2.13-15).
Parce qu’il me dit encore chaque jour: « Tu as soif? Viens boire! Tu es chargé et fatigué par un lourd fardeau? Viens à moi. »

L’obéissance d’aujourd’hui engendre maturité spirituelle de demain

Par manque de foi, dans mon processus de décision, j’ai accordé trop d’importance à la question: « est-ce que ce sera difficile? », au lieu de me dire: « Est-ce la volonté de Dieu et est-il capable de me soutenir pour que je le suive ? »

Comme je l’ai dit dans un précédent article: ce sont nos choix qui révèlent en qui nous croyons.

Tout chrétien réellement né de nouveau (oui je sais, pléonasme) a pour ambition spirituelle de vivre à fond pour Dieu, là où il ou elle sera placée. Nous avons tous comme modèles l’apôtre Paul, William Carrey, Charles Spurgeon, Frère André, Billy Graham et tant d’autres…

Cependant, beaucoup se contentent d’une vie bradée alors qu’ils ont été rachetés à grand prix. L’ambition spirituelle s’est transformée en vœu pieux poussiéreux, la vie facile a remplacé l’appel solennel de Jésus-Christ:

Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge chaque jour de sa croix et qu’il me suive. Quiconque en effet voudra sauver sa vie la perdra, mais quiconque perdra sa vie à cause de moi la sauvera. Et que sert-il à un homme de gagner le monde entier, s’il se perd ou se ruine lui-même ? (Lc 9.23–25)

Pourquoi un tel écart entre l’appel initial et la réalité vécue ultérieurement?
Impossible d’y répondre sur un blog, trop de facteurs entrent en compte.

Toutefois, le chrétien que nous désirons devenir un jour dépend des choix que nous faisons aujourd’hui. Et chaque petite obéissance et persévérance nous prépare aux futurs choix. C’est l’une des grandes leçons de la vie de ceux qui nous inspirent.
Sans nul doute le caractère se forge au quotidien, parfois dans le désert, parfois dans le doute, parfois dans la tentation, parfois dans la joie.
Traverser des difficultés, être face à des choix difficiles, douter, font partie de la vie chrétienne.

Malheureusement par crainte de souffrir, par impatience ou frustration nous avons choisi la compromettante voie facile, celle qui nous a conduits loin de Dieu et près de la souffrance.

Questions à se poser avant de faire un choix important:

  • Est-ce conforme à la volonté morale de Dieu?
  • Est-Il capable de me soutenir pour que je le suive?
  • Dois-je prendre le critère de la souffrance (frustration, peur) comme élément primordial à ma décision?
  • Choisir le confort immédiat (ou les fruits immédiats) est-ce réellement la volonté de Dieu pour moi dans cette situation?
  • Est-ce que c’est ma foi qui me pousse à choisir ainsi?
  • Ma décision manifeste-t-elle ma confiance ou ma peur de souffrir?

N’oubliez pas: Le pardon est pour hier, l’obéissance est pour aujourd’hui, la confiance est pour demain.

Abonne-toi à ma newsletter et ne rate aucun de mes articles

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre lettre d'information ainsi que des informations concernant les activités de toutpoursagloire.com. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Consultez notre politique de confidentialité ici.
Pas de spam, promis. Powered by ConvertKit

Raphaël Charrier

A 17 ans Raphaël s'engage dans l'armée dont-il est renvoyé moins de deux ans après. Il reprend alors l'école et obtient le bac à 23 ans. C'est à ce moment qu'il découvre la personne et l'oeuvre de Jésus-Christ et place sa foi en lui pour être sauvé. Il poursuit ses études et obtient un diplôme d'Educateur Spécialisé. Il s'oriente ensuite vers des études de théologie pour se consacrer au service de l'Évangile. Diplomé de l'Institut Biblique de Genève, il est actuellement pasteur à l'Église Chrétienne Évangélique de Grenoble. Raphaël est marié à Marion et ils ont deux enfants.  

Articles pouvant vous intéresser

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image