Elle crée son réseau de prière international avec WhatsApp

Voici le témoignage d'une chère soeur de l'ECE Grenoble dont l'initiative est trop géniale pour ne pas en faire un article. Il y a quelques temps, elle m'a partagé ce qu'elle avait développé depuis quelques années: un réseau de prière via WhatsApp rassemblant des sœurs réparties dans le monde entier.

J’ai trouvé que son histoire était une fort belle illustration de ce que peuvent apporter certaines innovations technologiques à la vie chrétienne. J’avais d’ailleurs déjà écrit il y a quelques mois comment un groupe WhatsApp soutenait mon ministère.

Je lui ai donc demandé, qu’en toute simplicité, elle partage un témoignage de son expérience. Elle a accepté à la condition de rester anonyme:

« Depuis ma jeunesse j’ai fréquenté un groupe de jeunes filles qui était présent dans l’Église où j’ai grandi. Cela m’a aidée dans ma croissance avec Dieu car nous priions ensemble.

Quand je me suis mariée, nous avons dû déménager dans un autre pays. Mais j’avais à cœur de reconstituer un tel groupe dans ma nouvelle Église. Mais souvent, il est difficile pour les femmes de pouvoir se confier à 100 %, de partager leurs expériences ou juste raconter leurs problèmes quotidiens avec d’autres.

Créer ce groupe était pour moi une opportunité de nous réunir dans une ambiance fraternelle sans les problèmes du quotidien avec les autres. Ce groupe était pour moi un moyen de nous réunir. Je trouvais essentiel de pouvoir étudier les figures féminines présentes dans la Bible, car souvent elles sont peu connues des femmes de nos jours.
Découvrir comment leur vie, leur foi et leurs défis pouvaient impacter nos vies. Il était important pour moi de montrer à mes sœurs la grâce que Dieu nous avait faite d’être femmes, et le rôle que l’on avait dans son Église et dans nos familles.

J’ai donc commencé ce ministère avec un petit groupe de femmes de notre Église et avec le temps et l’évolution du groupe, j’ai vu un vrai besoin, une vraie soif de connaissances. Et Dieu a béni ce projet.

Pour la deuxième fois de ma vie, j’ai dû déménager dans un autre pays avec toute notre famille, la France. D’autres sœurs ont dû aussi partir vivre dans d’autres régions du globe.

Mais grâce aux réseaux sociaux, mes sœurs et moi avons réussi à poursuivre nos réunions hebdomadaires. Aujourd’hui, l’application WhatsApp nous a permis de créer un groupe de prière réunissant des sœurs réparties un peu partout dans le monde.

Je remercie le Seigneur car malgré la distance et nos différentes origines culturelles, on a pu construire un vrai rapport de confiance et un réseau de prière international car nous sommes dispersées aux quatre coins du globe.

– À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : à l’amour que vous aurez les uns pour les autres. (Jn 13.53)

4 choses me semblent importantes dans ce témoignage:

  1. Elle a persévéré dans la prière car elle en a compris l’importance.
  2. Elle a su s’adapter aux circonstances de sa vie.
  3. Elle a su utiliser avec sagesse les outils de son époque.
  4. Elle veut encourager dans la simplicité.

J’espère que cet exemple vous inspirera et vous encouragera.

Raphaël Charrier

A 17 ans Raphaël s'engage dans l'armée dont-il est renvoyé moins de deux ans après... Suite à cela, il reprend l'école et obtient son bac à 23 ans. C'est à ce moment qu'il découvre la personne et l'oeuvre de Jésus-Christ. Il lui donne alors sa vie. Il poursuit ses études et obtient un diplôme d'Educateur Spécialisé. Il s'oriente ensuite vers des études de théologie car il veut se consacrer au service de l'Évangile. Diplomé de l'Institut Biblique de Genève, il est actuellement pasteur à l'Église Chrétienne Évangélique de Grenoble (ecegrenoble.fr) et également associé au sein de France Évangélisation. Raphaël est marié à Marion et ils ont deux enfants.  

Articles pouvant vous intéresser

  • Gangloff Matthieu

    Excellent ! Une superbe idée. Merci d’avoir partagé cette expérience !

    • Raph

      Yes ! Ça vaut toujours le coût de faire connaître les héros de l’ombre.