Ce sont nos choix qui révèlent en qui nous croyons

Un dicton dit: «Nos choix sont plus nous que nous». En d’autres termes, nos choix nous définissent très bien. Qu’est-ce que vos choix révèlent de votre foi?

Les auteurs de la Bible attirent très souvent notre attention sur les choix des hommes. Ils nous montrent comment leurs choix illustrent leur foi.

À travers leurs histoires, Dieu veut éduquer notre obéissance et notre confiance en ses promesses.

Pour illustrer mon propos, je vous propose un épisode de vie entre Lot et Abraham en Ge. 13 5–18:

Lot, qui voyageait avec Abram, avait aussi des brebis, des boeufs et des tentes. Et la contrée était insuffisante pour qu’ils demeurassent ensemble, car leurs biens étaient si considérables qu’ils ne pouvaient demeurer ensemble. Il y eut querelle entre les bergers des troupeaux d’Abram et les bergers des troupeaux de Lot. Les Cananéens et les Phérésiens habitaient alors dans le pays. Abram dit à Lot: Qu’il n’y ait point, je te prie, de dispute entre moi et toi, ni entre mes bergers et tes bergers; car nous sommes frères. Tout le pays n’est-il pas devant toi? Sépare-toi donc de moi: si tu vas à gauche, j’irai à droite; si tu vas à droite, j’irai à gauche. Lot leva les yeux, et vit toute la plaine du Jourdain, qui était entièrement arrosée. Avant que l’Éternel eût détruit Sodome et Gomorrhe, c’était, jusqu’à Tsoar, comme un jardin de l’Éternel, comme le pays d’Égypte. Lot choisit pour lui toute la plaine du Jourdain, et il s’avança vers l’orient. C’est ainsi qu’ils se séparèrent l’un de l’autre. Abram habita dans le pays de Canaan; et Lot habita dans les villes de la plaine, et dressa ses tentes jusqu’à Sodome. Les gens de Sodome étaient méchants, et de grands pécheurs contre l’Éternel. L’Éternel dit à Abram, après que Lot se fut séparé de lui: Lève les yeux, et, du lieu où tu es, regarde vers le nord et le midi, vers l’orient et l’occident; car tout le pays que tu vois, je le donnerai à toi et à ta postérité pour toujours. Je rendrai ta postérité comme la poussière de la terre, en sorte que, si quelqu’un peut compter la poussière de la terre, ta postérité aussi sera comptée. Lève-toi, parcours le pays dans sa longueur et dans sa largeur; car je te le donnerai. Abram leva ses tentes, et vint habiter parmi les chênes de Mamré, qui sont près d’Hébron. Et il bâtit là un autel à l’Éternel.

 

Le choix de Lot nous révèle où va sa foi: en tout, sauf en Dieu

Lot suivait son oncle, il était au courant de la promesse faite à Sichem (Ge 12). Il serait un jour au bénéfice de cette promesse. Dans cette situation de crise, il avait le choix: retourner dans le pays de leurs pères? Choisir de rester sur place? Laisser à Abraham son oncle le choix?

Moïse nous dit qu’il leva les yeux et vit… et il fit le choix de Sodome. Lot trouve l’endroit « comme un jardin de l’Éternel » (Ge 13.10). Cette expression nous fait beaucoup penser au jardin d’Éden.

Son choix est motivé par ce qu’il voit et il se laisse attirer par la beauté de la ville (comme moi quand je vois la pub du double Wooper de Burger King).
Il avait goûté au luxe de la vie égyptienne et désirait retrouver ce simulacre du « paradis perdu », sans se laisser arrêter par la corruption qui faisait la réputation de habitants de Sodome…
Lot voulait être satisfait tout de suite, il préférait l’imitation, la contrefaçon, plutôt que la promesse.
Ainsi, Lot mit le doigt dans un engrenage de mauvais choix qui  l’éloignera petit à petit de la promesse et le rapprochera inexorablement de Sodome où il y vivra un drame.

Ce qu’il convoite l’aveugle, et lui fait oublier la promesse faite à Abraham. C’est l’une des facettes de l’idolâtrie que T. Keller définit ainsi dans son best-seller Les idoles du coeur:

C’est tout ce qui est plus important que Dieu dans votre vie. C’est tout ce qui captive votre cœur et votre imagination, et tout ce qui remplace les biens que Dieu seul peut donner.

Le choix de Lot est bien symptomatique du cœur humain qui croit toujours qu’un substitut de Dieu le contentera.
Et Satan fait tout pour nous convaincre que c’est loin de Dieu que l’on est heureux…

Le choix d’Abraham nous démontre où va sa foi: dans les promesses de Dieu

La situation est ironique: Abraham possède (déjà mais pas encore) la plaine du Jourdain qu’il laisse à Lot. Dieu la lui a promise.
Pourquoi a-t-il alors laissé le choix à Lot? En tant qu’oncle, le choix lui revenait légitimement. De plus, la réponse de Lot était courue d’avance: d’un côté une belle vallée, de l’autre des montagnes… Pas très malin Abraham!

Le choix d’Abraham repose sur celui en qui il croit, et non sur ce qu’il voit. En son cœur, il veut rester fidèle à Dieu.
En laissant Lot choisir, Abraham s’en remet à la fidélité de Dieu, à sa promesse. Il fait le choix de la confiance.
Il n’a pas à choisir un territoire, c’est Dieu qui le lui donnera.
L’appel de Dieu l’a contraint à tout abandonner… pour tout recevoir de Dieu.

La réponse de Dieu au choix d’Abraham

Dieu dit: « Lève les yeux »

Le contraste avec Lot est saisissant. Lot a regardé et jugé selon les critères humains, là, c’est Dieu qui lève les yeux d’Abraham. Il veut lui faire contempler tout ce qu’il lui donne.
Lot a eu un regard horizontal, Abraham un regard vertical. Lot a vu une terre fertile, Abraham voit une terre promise!

Lot a estimé ce que le monde propose, Abraham attend ce que Dieu lui promet.
C’est dans la confiance et l’obéissance à Dieu qu’Abraham découvre le cadeau qui lui est offert.

Dieu dit: « Lève-toi et parcours »

Dieu l’invite à parcourir le pays pour prendre la mesure de la promesse qu’il lui a faite, et se projeter dans ce qu’il va accomplir dans le futur.

Dieu dit: « Lève-toi et parcours le pays, car JE te le donnerai »

Qu’a fait Abraham pour mériter la terre promise ? Rien. En faisant ce choix, il s’en remet à la grâce de Dieu.
Il a compris que son histoire s’inscrivait dans Le grand projet de Dieu et saisi cette promesse.

Et c’est une vérité pour nous : Dieu nous invite à nous détourner de nos plans pour nous tourner vers lui et entrer dans les siens.

 

Comment vivre avec nos mauvais choix passés?

Abraham n’a pas toujours fait les bons choix. Loin de là. Dieu l’a-t-il mis pour autant sur une voie de garage? Non, il lui a fait grâce.

Ce qui le différencie de Lot, c’est qu’il revenait toujours à Dieu parce qu’il savait qu’il obtiendrait ses promesses par la foi.

C’est pour cela que l’auteur de l’épître aux Hébreux cite la vie d’Abraham comme un modèle de foi pour le disciple de Jésus:

C’est par la foi qu’Abraham, lors de sa vocation, obéit et partit pour un lieu qu’il devait recevoir en héritage, et qu’il partit sans savoir où il allait. C’est par la foi qu’il vint s’établir dans la terre promise comme dans une terre étrangère, habitant sous des tentes, ainsi qu’Isaac et Jacob, les cohéritiers de la même promesse. Car il attendait la cité qui a de solides fondements, celle dont Dieu est l’architecte et le constructeur. (Hé 11. 8–10)

Choisir de lever d’abord les yeux vers Jésus notre guide

Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d’une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l’ignominie, et s’est assis à la droite du trône de Dieu. (Hé 12. 1–2)

Abraham est un modèle de la foi. Jésus, lui en est notre guide!

Jésus nous a montré l’exemple parfait de vie dans la foi :
– Il a vécu pour la gloire de Dieu la vie que nous aurions dû vivre
– Il n’a pas failli
– Il a toujours fait le bon choix
– Il n’a jamais abandonné
– Il a toujours fait la volonté de son Père, jusqu’au choix ultime de la croix

Il a offert sur la croix son obéissance parfaite à Dieu en échange du pardon pour nos choix de désobéissance et de péché.

Il n’existe pas de mauvais choix dont nous ne pourrions être rachetés

Chacun de nous peut s’approcher avec assurance du trône de la grâce et être totalement pardonné pour ses mauvais choix passés.
Parce que Christ a payé pour la totalité de nos péchés, il nous appelle à poursuivre notre vie sur terre les regards fixés sur lui.
À cause de la croix, ce ne sont pas nos choix passés qui comptent, mais nos choix présents et futurs.

Et par rapport à Abraham, nous avons de nombreux avantages dans cette course de la foi :
– Abraham avait foi que Dieu lui donnerait… Nous avons foi que Dieu nous a tout donné en Christ
– Abraham a vécu en possédant par la foi une descendance qui deviendrait un peuple… De sa descendance est née Christ qui a fait de nous un peuple
– Abraham était seul… Christ est à la foi celui sur qui nous fixons les regards et celui qui nous guide dans cette course
– Abraham attendait une terre promise… Notre espérance est plus grande: le retour de Christ et la vie dans la nouvelle création promise

Nous avons cette assurance que Christ nous purifie de nos péchés passés et nous conduit pour nos choix présents et futur.

Le choix d’obéir se cultive

Si Abraham a fait le choix d’obéir, c’est qu’il a appris à le faire.
Abraham bâtit un autel pour se remémorer les promesses de Dieu. Il répètera cet exercice d’autres fois dans sa vie afin de se rappeler: « Voilà ce que Dieu m’a promis ».

  • Quel peut être votre moyen de vous aider à garder les yeux sur Christ?
  • Comment faites-vous pour vous rappeler les promesses de Dieu?
  • Y a-t-il un choix important, radical à faire aujourd’hui dans votre vie?

 

Raphaël Charrier

A 17 ans Raphaël s'engage dans l'armée dont-il est renvoyé moins de deux ans après... Suite à cela, il reprend l'école et obtient son bac à 23 ans. C'est à ce moment qu'il découvre la personne et l'oeuvre de Jésus-Christ. Il lui donne alors sa vie. Il poursuit ses études et obtient un diplôme d'Educateur Spécialisé. Il s'oriente ensuite vers des études de théologie car il veut se consacrer au service de l'Évangile. Diplomé de l'Institut Biblique de Genève, il est actuellement pasteur à l'Église Chrétienne Évangélique de Grenoble (ecegrenoble.fr) et également associé au sein de France Évangélisation. Raphaël est marié à Marion et ils ont deux enfants.  

Articles pouvant vous intéresser